Les couverts en argent

Par le 29 août 2014

Avec la découverte du continent américain et de ses riches gisements d’argent, les couverts en argent devinrent d’usage courant. Comme ce métal est trop mou à l’état pur, il doit être allié au cuivre, qui lui confère la dureté requise. Pour garantir la qualité de l’argenterie, la loi en imposa le poinçonnage. Les artisans connus, et les villes renommées pour leur orfèvrerie, eurent chacun leur poinçon. De nos jours, celui-ci n’est plus obligatoire, mais, dans certains pays on impose l’indication du titre, c’est-à-dire de la teneur de l’alliage en argent. En Grande-Bretagne et aux États-Unis, le poinçon sterling signifie que les proportions sont de 925 ‰ d’argent et 75 ‰ de cuivre. En France et dans d’autres pays, il existe deux titres possibles: 950 ‰ et 800 ‰, chacun indiqué par un poinçon différent.couverts en argent

Argenture et alliages

Au XVIIIe siècle, on découvrit, à Sheffield en Angleterre, un procédé d’argenture qui permettait de recouvrir le cuivre d’une couche d’argent; il prit un essor considérable grâce à la découverte du procédé électrolytique, ou galvanoplastie, par l’Anglais George R. Elkington et le Français Henri de Ruolz. Ce dernier a donné son nom à un alliage composé de cuivre, de nickel et d’argent, fréquemment utilisé dans l’orfèvrerie en France.

Outre le ruolz, il y a d’autres alliages d’usage courant: le maillechort (abréviation des noms de ses inventeurs, deux Français de Lyon, Maillot et Chorier), composé principalement de cuivre, de zinc et de nickel, et le «métal blanc», mélange d’étain, de plomb et de cuivre.

Procédés de fabrication

Les fourchettes et les cuillers

Les fourchettes et cuillers en étain sont obtenues en coulant le métal fondu dans des moules appropriés; celles en métal blanc ou en maillechort sont fabriquées à partir de barres laminées, qui sont coupées à l’emporte-pièce, en forme de petites spatules; ces spatules – appelées flans – passent entre des cylindres compresseurs, qui leur donnent une épaisseur inégale, car le manche doit être plus épais que le reste. Une autre machine découpe les flans, et leur donne une forme ovale, pour la cuiller, ou dentée, pour la fourchette. Les couverts sont ensuite pressés par de lourdes matrices, qui leur confèrent leur aspect définitif. Il ne reste plus alors qu’à les polir. Pour les couverts argentés, le processus final consiste à les recouvrir, par électrolyse, d’une couche d’argent plus ou moins épaisse.

Les couteaux

Les couteaux à usage courant sont souvent faits d’une seule pièce; pour les autres, la lame, enfoncée dans le manche, y est soudée ou collée. Divers matériaux servent à la confection des manches. Les lames de bonne qualité sont en acier inoxydable, c’est-à-dire allié au chrome et au nickel, notamment. L’acier, chauffé au rouge, est forgé à l’aide de lourds marteaux mécaniques. Après avoir été découpées suivant la forme désirée, les lames sont trempées à plusieurs reprises; elles acquièrent, ainsi, la résistance et la souplesse requises. L’aiguisage est une opération délicate et importante. Les couteaux de très bonne qualité sont aiguisés à la main, par des spécialistes: les lames sont maintenues contre des meules tournantes, la pression exercée est soigneusement mesurée – pour éviter que le fil de la lame ne soit abîmé par un échauffement excessif.

L’industrie de la coutellerie s’est développée dans tous les pays. Parmi les principaux centres européens, on peut citer: Sheffield, en Angleterre; Solingen, en Allemagne; Thiers, en France. On produit, dans ces villes, des couteaux de tout genre, et aussi des ciseaux.

Les ciseaux

Chaque partie d’une paire de ciseaux est confectionnée séparément. Pour les articles bon marché, une mince couche d’acier de bonne qualité donne du tranchant à la lame, le reste étant en acier doux. Les ciseaux de qualité sont faits et assemblés à la main; leur forme est étudiée pour que les lames glissent exactement l’une sur l’autre. Cette forme varie, bien entendu, selon l’usage auquel les ciseaux sont destinés.

À propos de aminezid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *